Insertion d’un dispositif intra-utérin lors d’une césarienne. Mémoire de maîtrise au Département d’obstétrique et de gynécologie de l’Université de Sohag.

Amira Hosny | 0 | 62 | 11:57 am lundi 15th janvier 2024 | Nouvelles |

Insertion d’un dispositif intra-utérin lors d’une césarienne. Mémoire de maîtrise au Département d’obstétrique et de gynécologie de l’Université de Sohag.

Le Département d’obstétrique et de gynécologie de la Faculté de médecine humaine de l’Université de Sohag a assisté à la discussion d’un mémoire de maîtrise intitulé « Résultats cliniques de l’installation du dispositif intra-utérin en cuivre T 380 (A) et du dispositif intra-utérin multi-charges 375, pendant une césarienne. section », soumis par le chercheur Mahmoud Ahmed Abdel Mogoud, médecin résident au Département d’obstétrique et de gynécologie – Faculté de médecine humaine de l’université, dans la salle Dr Mahmoud Riad de l’ancien hôpital universitaire de Sohag.
Le Dr Hassan Al-Nomani, président de l’Université, a expliqué que l’étude s’inscrit dans le cadre du plan stratégique de l’université et de son intérêt dans le domaine de la recherche scientifique, et dans le cadre de l’Initiative présidentielle 2 Assez, pour limiter la l’augmentation de la population et la Stratégie nationale pour la santé, le développement et la population 2023/2030 AD.
Pour sa part, le Dr Magdy Al-Qadi, doyenne du Collège, a déclaré que l’étude comparait deux types de dispositifs intra-utérins, après leur installation lors des césariennes, car il a été prouvé que cette méthode régule les grossesses inattendues ou non planifiées, louant le rôle joué par le Département d’obstétrique et de gynécologie au service des hésitants. L’hôpital universitaire offre quotidiennement aux patients des services de traitement.
Le chercheur Mahmoud Ahmed Abdel Mawjoud a souligné que l’importance du message provenait du fait qu’il s’agissait d’un moyen important pour réduire l’augmentation rapide de la population, en particulier dans les communautés à forte densité de population, et a expliqué les résultats les plus importants obtenus par l’étude, à savoir les efficacité du dispositif intra-utérin comme moyen puissant de régulation de la grossesse et de protection contre les grossesses inattendues ou non planifiées, ce qui indique que cette méthode est considérée comme la moins coûteuse comme les autres, en plus d’avoir un taux de sécurité élevé quant à la survenue d’une grossesse, avec peu effets secondaires résultant de son utilisation, étant donné qu’il ne contient aucune substance hormonale nocive pour l’organisme, notamment au stade de la grossesse et du post-partum.
Il est à noter que le comité de supervision de la thèse était composé du Dr Salah Rushdi Ahmed, professeur d’obstétrique et de gynécologie, Faculté de médecine, Université de Sohag, du Dr Hatem Abu Al-Futouh Awaja, maître de conférences en obstétrique et gynécologie, Faculté de médecine, Sohag. Université, tandis que le comité de discussion était composé du Dr Salah Rushdi Ahmed, professeur d’obstétrique et de gynécologie, Faculté de médecine, Université de Sohag « À propos des superviseurs », Dr Salah Mohamed Rashid, professeur d’obstétrique et de gynécologie, Faculté de médecine, Université de Sohag. , « Discutant interne » et Dr Ahmed Ibrahim Hassanein, Professeur d’obstétrique et de gynécologie, Faculté de médecine, Université d’Assiout, « Discutant externe »
Il convient de noter que le comité a approuvé l’acceptation du mémoire préparatoire aux examens de la deuxième partie du master dans la spécialité obstétrique et gynécologie.